A Nantes, une clinique en grève pour la dignité au travail

Les mobilisations du personnel de l’hôpital public ont mis en lumière le profond mal-être de la fonction publique hospitalière. Mais les soignants du secteur privé ne sont guère mieux lotis. A Nantes, les salariés de la clinique du Parc sont en grève depuis le 21 septembre après avoir déjà arrêté le travail pendant cinq jours en juin. Cette clinique psychiatrique est la propriété du groupe Ramsay, géant international de la santé qui possède plus de 200 établissements dans le monde. Le personnel, majoritairement féminin, dénonce une politique salariale honteuse eu égard des qualifications et de l’investissement professionnel tant des soignants que du personnel administratif. 

Le Ségur de la santé, vaste mascarade du gouvernement vis-à-vis des soignants (voir les NLA n°1036), constitue une injustice supplémentaire faite aux salariés du privé dont les augmentations de salaires demeureront inférieures à leurs camarades du public.

Aux bas salaires s’ajoutent à la clinique du Parc des conditions de travail dégradées mettant en cause le sens du travail et la qualité de l’accueil des patients. De nombreux soignants témoignent de l’impossibilité de bien réaliser leur mission au vue de l’intensification du travail mise à l’œuvre par la direction.

Les négociations collectives sont pour l’instant compliquées. Face aux revendications des grévistes, la direction a proposé des faibles hausses de salaires accompagnés de divers avantages en nature. Cette réponse est méprisante vis-à-vis de salariés qui dénoncent à juste titre des rémunérations bien loin de refléter leur dévouement au travail.

Alors qu’une large majorité du personnel est en grève, malgré les réquisitions et le service minimum propre à la profession, les médecins libéraux et les patients de la clinique soutiennent ce mouvement. En effet, les grévistes se mobilisent pour toutes et tous car un personnel soignant en souffrance signifie une qualité de soin moindre dans un établissement d’utilité publique au cœur de la 6e ville de France.
Après la clinique Jules Verne cet été, la grève de la clinique du Parc symbolise le mépris dont le capital fait preuve à l’égard des salariés du secteur privé de la santé. Le personnel est exemplaire de détermination et de combativité, le Parti communiste français lui adresse toute sa solidarité et sa confiance en sa victoire finale.