Le Football Club de Nantes et son président souhaitent que l’équipe puisse évoluer un jour au plus haut niveau européen. Pour cela, ils estiment nécessaire de construire un nouveau stade à Nantes. Après avoir tenté de le faire payer par l’argent public, puis  d’entraîner les élu.e.s dans un Partenariat Public Privé, ils ont proposé un projet entièrement financé par des fonds privés.

Maurice ROCHER nous a quitté à l’âge de 95 ans. Inlassable militant de la cause ouvrière, il fut un responsable respecté de la CGT et du PCF.

Né en 1923, il travaille dès l’âge de 15 ans aux forges de l’Ouest puis enchaine différents métiers : boulanger, coiffeur, maçon, charpentier… Il militera, dans cette longue carrière, pour la défense des travailleurs et occupera le poste de secrétaire adjoint de la fédération CGT du bâtiment.

A l’heure où se pose à la société les problématiques du « vivre ensemble », le Football reste un espace de mixité sociale, le stade un des derniers lieu de rassemblement populaire.

L’histoire du FC Nantes est riche de cet ancrage populaire autour duquel s’est construit une culture : le « jeu à la nantaise ». Le stade de FC Nantes n’est pas un équipement anodin. C’est le berceau de cet état d’esprit.

Katell FAVENNEC a rappeler que chaque année en France, 225 000 femmes déclarent avoir été victimes de violences conjugales et 580 000 femmes font face à des violences sexuelles. Sur la métropole Nantaise, l'Agence Urbaine de la Région Nantaise (AURAN) estime à 24 500 le nombre de femmes victimes chaque année de violences physiques et/ou sexuelles et 550 enfants seraient co-victimes. Face à ce problème de santé publique issu de rapports de domination, l’indispensable prévention passe par l’égalité réelle entre les femmes et les hommes.

The video conversion process has failed. You might want to submit a simpler video format like mpeg or divx avi.
If the problem persists contact your website administrator. Please check logs for further debugging.

Force est de constater que la situation nantaise illustre parfaitement la politique du gouvernement qui, niant les droits humains les plus élémentaires, délègue de fait, aux collectivités locales qui n’en n’ont pas les moyens, la gestion des situations issues des crises migratoires. C’est par ces mots que Marie-Annick BENATRE entend interpeller le gouvernement afin qu’il assume ses responsabilités.

Nathalie BLIN a rappeler que ce schéma départemental d’Accueil et d’Habitat des gens du voyage que nous avons validé lors de dernier Conseil métropolitain porte des enjeux majeurs. Il appel cinq remarques de notre part qui sont le fruit de nos rencontres et échanges avec eux : schéma consultatif ; accès aux droits communs ; développement de terrains familiaux, de secteurs de taille et capacités d’accueil limitées (STECAL) ; rapprochement du fonctionnement des aires d’accueil et harmonisation des prix du stationnement journalier ; facilitation de la scolarisation des enfants avec prise en compte des stationnements illicites ; pas d’expulsion sans solutions.

Robin SALECROIX a rappeler la grande satisfaction du groupe Communiste et Républicain à propos de la libération de notre ami franco palestinien Salah Hamouri qui a effectué 400 jours de détention arbitraire sans qu’aucune charge ne soit retenue contre lui. Elle vient après celle d’Ahed TAMIMI, jeune résistante palestinienne de 17 ans, condamner à 8 mois de prison pour avoir giflé un soldats Israélien. Israël n’a pu l’empêcher de venir à la fête de l’Humanité et de rencontrer les Nantais.e.s à l’initiative de l’AFPS pour un témoignage saisissant !

« Il n’y a pas de solution », c’est ainsi que s’exprimait Nicole Klein, préfète de Loire-Atlantique quant à la situation des migrants, pour la grande majorité demandeurs d’asile, qui vivaient dans des conditions indignes, square Daviais à Nantes.

La situation connue la nuit dernière dans plusieurs quartiers Nantais est particulièrement sérieuse et grave. Toute la clarté doit être faite sur les circonstances de cet événement qui a conduit au décès d’un jeune homme de 22 ans, toutes les responsabilités doivent être clairement établies. Nos pensées vont à la famille, aux proches du jeune homme et aux habitant.e.s qui aspirent au calme et à la sécurité. Cette flambée de violence interroge plus globalement l’ensemble des acteurs sur la situation économique et sociale de nos quartiers.

Pour Aymeric SEASSAU, Gouverner, c’est prévoir. C’est ce à quoi ce Plan Local d’Urbanisme Métropolitain entend être utile pour répondre aux défis de la construction d’une Ville, d’une Métropole durable, pour un aménagement équilibré de notre territoire. Demeurent deux points cruciaux pour l’avenir de Nantes : l’abandon du transfert de l’aéroport et le projet « YelloPark ».

Pour Marie-Annick BENATRE, aussi ambitieux soit notre Programme Local de l’Habitat, il est percutée de plein fouet par la loi la loi « Élan ». Dans ce contexte, ses engagements prennent une importance majeure. D’autant que le diagnostic élaboré pour son écriture rappelle les besoins : 30426 demandeurs de logements sociaux sur notre territoire ; le taux SRU non respecté par certaines villes ; une démographie dynamique ; des besoins nouveaux mais aussi une paupérisation d’un grand nombre d’habitants...

Katell FAVENNEC a rappelé lors du conseil de Nantes du 29 juin 2018 que 3000 logements inscrits sur la plateforme Airbnb en 2018, soit une progression de 36 %, voilà une évolutions qui posent trois questions essentielles aux collectivités. 1/ En dehors des cas de location de courtes durées du logement principal, cette pratique a pour conséquence directe de soustraire des logements du marché locatif. 2/ Elle participe à la hausse des prix du marché immobilier en accroissant le déficit de l’offre par rapport à la demande. 3/ De nombreux acteurs du tourisme considèrent ces plateformes comme une concurrence déloyale au secteur hôtelier traditionnel qui est astreint à une réglementation plus exigeante.

D’ici 2022, nous aurons construit cinq nouvelles écoles et réalisé l’extension, la restructuration de 15 autres existantes pour un investissement de près de 76 millions d’euros. Ces délibérations expriment notre volonté de combattre les inégalités territoriales, favorisent la réussite scolaire de tous les enfants nantais. Avec la mise sous tutelle de l’État, comment pourrons nous réaliser de tels projets structurants, indispensable à notre ville, à ces habitants ! C’est ainsi que Jean-Jacques MOREAU a engagé son propos lors du conseil de Nantes du 29 juin 2018.

Pour réaliser sa purge budgétaire de 13 milliards d’euros au dépend des collectivités, le gouvernement contraint l’évolution des dépenses de fonctionnement à un taux annuel de 1,2%, (1,5 % à Nantes), inflation comprise et de maîtriser le recours à l’emprunt. C’est la mse sous tutelle des collectivités a rappeler Robin SALECROIX lors du conseil de Nantes du 29 juin 2018 .

Parce que le Compte Administratif est aussi l’occasion de porter un plus large débat sur les finances, Nathalie BLIN a rappeler lors du conseil de Nantes du 29 juin 2018 que : « si nous parvenons à conjuguer politiques publiques dynamiques en faveur des Nantaises et Nantais et gestion équilibrée, force est de constater que les contraintes budgétaires que nous impose l’État pèsent et pèseront plus encore sur nos orientations budgétaires, notamment avec la contractualisation exigée par le gouvernement ».

Pages

S'abonner à PCF Nantes RSS