Comme l’a rappeler [node:author:name], Adjoint à la lecture publique et aux médiathèques, malgré un contexte particulièrement difficile, nous faisons une nouvelle fois la démonstration que les engagements peuvent être tenus, qu’un budget de gauche, de solidarité, de proximité, de justice sociale, un budget au service des Nantais.e.s est possible.

Dans son intervention, [node:author:name], Conseillère municipale à l’intégration et la citoyenneté a rappelé que l’association SOS Homophobie, dans son rapport annuel de 2018, révèle la persistance de l’homophobie dans notre société, voir sa recrudescence, les agression physiques ayant augmenté de 15 % en 2017 par rapport à l’année 2016. Notre ville n’est malheureusement pas épargnée comme nous le rappel les dégradations régulières des Marches de la fierté place du Cirque. 

Pour [node:author:name], adjointe Santé publique, précarité et grande pauvreté, la gestion de la demande ne peut pas répondre à la pénurie de logements sociaux, alors qu'il en manque 18 169 à Nantes.

A La Poste, la course au profit se substitue à l’intérêt général. Une fois de plus la direction de La Poste décide de fermer de nouveaux bureaux à Nantes (Les bureaux de Decré et champs de Mars). Ces deux bureaux connaissent pourtant une grande affluence et répondent à des besoins essentiels des habitants comme des professionnels de ces deux quartiers !

Oui à une politique de développement du transport ferroviaire

Non à la fermeture des guichets SNCF

Sourd aux exigences populaires d’amélioration du pouvoir d’achat par l’augmentation du SMIC, des salaires et des pensions, le gouvernement poursuit sa politique de casse économique et sociale, de destruction des services publics.

Intervention de [node:author:name] au conseil municipale du [node:created:moyen_sans_heure] sur le développement durable.

Intervention de [node:author:name] au conseil municipale du [node:created:moyen_sans_heure] sur les modes de garde à Nantes et l'accueil des Tout-Petits.

Intervention de [node:author:name] au conseil municipale du [node:created:moyen_sans_heure] sur le budget 2019 de la ville de Nantes.

Intervention de [node:author:name] au conseil municipale du [node:created:moyen_sans_heure] sur la question de son urbanisation.

Intervention de [node:author:name] au conseil métropolitain du [node:created:moyen_sans_heure] sur Cession d’une parcelle pour l’édification du nouveau stade privé du Football Club de Nantes et du devenir de l'actuel.

Le Football Club de Nantes et son président souhaitent que l’équipe puisse évoluer un jour au plus haut niveau européen. Pour cela, ils estiment nécessaire de construire un nouveau stade à Nantes. Après avoir tenté de le faire payer par l’argent public, puis  d’entraîner les élu.e.s dans un Partenariat Public Privé, ils ont proposé un projet entièrement financé par des fonds privés.

Maurice ROCHER nous a quitté à l’âge de 95 ans. Inlassable militant de la cause ouvrière, il fut un responsable respecté de la CGT et du PCF.

Né en 1923, il travaille dès l’âge de 15 ans aux forges de l’Ouest puis enchaine différents métiers : boulanger, coiffeur, maçon, charpentier… Il militera, dans cette longue carrière, pour la défense des travailleurs et occupera le poste de secrétaire adjoint de la fédération CGT du bâtiment.

A l’heure où se pose à la société les problématiques du « vivre ensemble », le Football reste un espace de mixité sociale, le stade un des derniers lieu de rassemblement populaire.

L’histoire du FC Nantes est riche de cet ancrage populaire autour duquel s’est construit une culture : le « jeu à la nantaise ». Le stade de FC Nantes n’est pas un équipement anodin. C’est le berceau de cet état d’esprit.

[node:author:name] a rappeler que chaque année en France, 225 000 femmes déclarent avoir été victimes de violences conjugales et 580 000 femmes font face à des violences sexuelles. Sur la métropole Nantaise, l'Agence Urbaine de la Région Nantaise (AURAN) estime à 24 500 le nombre de femmes victimes chaque année de violences physiques et/ou sexuelles et 550 enfants seraient co-victimes. Face à ce problème de santé publique issu de rapports de domination, l’indispensable prévention passe par l’égalité réelle entre les femmes et les hommes.

Force est de constater que la situation nantaise illustre parfaitement la politique du gouvernement qui, niant les droits humains les plus élémentaires, délègue de fait, aux collectivités locales qui n’en n’ont pas les moyens, la gestion des situations issues des crises migratoires. C’est par ces mots que [node:author:name] entend interpeller le gouvernement afin qu’il assume ses responsabilités.

Pages

Souscrire à PCF Nantes RSS